L’optimisation de la zone optique augmente les chances de succès dans la prévention de la myopie

de Pascal Blaser MSc, Pierre Brémont, Optométriste diplômé

Diverses institutions nationales et internationales, entre autres l’OMS, le Brian Holden Institut et la British Contact Lens Association (BCLA) ont récemment publié, à l’attention des ophtalmologistes, des recommandations concernant la prévention de la myopie grâce aux lentilles de contact.

Même s’il n’a pas encore été démontré de manière définitive que l’importance de la réfraction des régions périphériques est en relation avec le contrôle de la myopie, diverses études récentes ont démontré que les lentilles de contact multifocales souples avec vision de loin au centre ainsi que les lentilles de contact d’orthokératologie constituent un moyen adéquat de prévenir la myopie. [1]  En moyenne, les géométries standards actuellement disponibles, permettent d’observer une réduction de la myopie d’environ 50% (Walline JJ 2016, figure 1) [2].

Meta Analyse des différentes études

Mais la question qui se pose lors des études est la suivante : qu’en est-il des enfants et des jeunes qui ne répondent pas à ces produits ?

Le graphique (Figure 1) de Jeffrey Walline reprend également les travaux du Dr. Thomas Aller [3], qui ont eu un taux de réussite de 70% dans la réduction de la myopie. Si vous lisez cette publication en détail, le Dr. Aller recommande de considérer [4-7] la réfraction, mais également la vision binoculaire, si l’on veut obtenir de meilleurs résultats avec les lentilles de contact multifocales et/ou les lentilles de contact d’orthokératologie.

Serait-ce la solution permettant une prévention plus efficace de la myopie ?

En tout cas, les tests visant à déterminer les écarts dans la vision de près binoculaire sont importants. Cela comprend le rapport AC/A, le déficit accommodatif et la phorie de près.

Il suffit de demander aux parents s’ils ont remarqué chez leur enfant, lors d’un travail de près, en particulier dans un état de fatigue, si l’un des yeux dévie du point de fixation. Cela pourrait indiquer un rapport AC/A élevé (rapport du mouvement de convergence accommodative à un stimulus accommodatif) et indique qu’il faut accorder une attention particulière lors du traitement.

La mesure de la phorie pourrait représenter un atout supplémentaire, en particulier la phorie de près. Une étude menée en Malaisie a démontré que les enfants présentant une ésophorie de près étaient sujets à un risque accru de myopie [8]. Cela peut, par exemple, être mesuré par la croix de Schober à 33-40 cm.

En outre, le déficit accommodatif de convergence en vision de près (Lag of Accommodation) peut également constituer un déclencheur de la progression de la myopie [9]. Selon Gifford [10], un lag supérieur à 1.00 dpt doit être considéré comme très important. Il est important de procéder à des tests pour déterminer si l’on est en présence d’un déficit accommodatif, en particulier chez les jeunes, chez qui la convergence de près semble normale, alors que l’accommodation n’atteint pas le point optique de près. Ainsi, l’image se situe au-delà de la rétine (hypermétropie), ce qui constitue un facteur favorisant la progression de la myopie.

Chez les enfants atteints de myopie naissante, on constate un déficit accommodatif par comparaison avec les enfants emmétropes [11]. Cependant, ceci n’a pu être détecté que chez les enfants qui se trouvaient dans la phase active de progression de la myopie, mais pas avant ni après. Par conséquent, la détermination du déficit accommodatif pourrait être un bon indicateur de la progression de la myopie. Ceci, ainsi que les conclusions sur l’ésophorie, nous indique que la myopie est plus souvent associée à un rapport AC/A élevé, qu’à la phorie ou le déficit accommodatif.

D’autres aspects susceptibles d’influencer le développement de la myopie, sont les diverses aberrations relatives à la taille de la pupille [12] et la taille de la zone optique périphérique de la lentille de contact par rapport au diamètre de la pupille.

La lentille de contact souple Relax du laboratoire SwissLens est sur le marché depuis près de 6 ans et s‘est avérée, de manière subjective, très efficace dans la pratique. Cette lentille de contact personnalisée est disponible en variantes sphérique et torique et peut être parfaitement adaptée à l’œil en fonction des différents courbes du base et diamètres. En fonction du film lacrymal, on sélectionnera des matériaux différents, y compris le silicone hydrogel Definitive 74TM. La lentille de contact est réalisée pour un renouvellement de 3 à 6 mois.

Depuis 2015, le système Relax existe aussi pour les lentilles de contact rigides. Une version spéciale pour l’orthokératologie est également prévue.

La combinaison du système Relax, des outils en ligne fournis par SwissLens et des tests complémentaires pourrait permettre, à l’avenir, une correction plus ciblée de la myopie chez les jeunes. D’autres études portant sur les relations entre la vision binoculaire, l’ouverture de la pupillaire et les possibilités correctrices en fonction des mécanismes de croissance axiale de l’œil peuvent également s’avérer intéressantes afin de mieux comprendre ces mécanismes.

Références:

[1]         Bastian Cagnolati, Periphere Refraktion und Myopieentwicklung – Update, die Kontaktlinse, 7-8/2016

[2]         Walline JJ 2016, Myopia Control: A Review.

[3]         Thomas A. Aller, et all, Myopia Control with Bifocal Contact Lenses: A Randomized Clinical Trial

[4]         Whatham, A., Influence of accommodation on off-axis refractive errors in myopic eyes

[5]         Goss DA, Grosvenor T. Rates of childhood myopia progression with bifocals as a function of nearpoint phoria: consistency of three studies. Optom Vis Sci 1990;67:637Y40.

[6]         Fulk GW, Cyert LA, Parker DE. A randomized trial of the effect of single-vision vs. bifocal lenses on myopia progression in children with esophoria. Optom Vis Sci 2000;77:395Y401.

[7]         Gwiazda JE, Hyman L, Norton TT, Hussein ME, Marsh-Tootle W, Manny R, Wang Y, Everett D. Accommodation and related risk factors associated with myopia progression and their interaction with treatment in COMET children. Invest Ophthalmol Vis Sci 2004; 45:2143Y51.

[8]         Chung, K.M. and E. Chong, Near esophoria is associated with high myopia. Clin Exp Optom, 2000. 83(2): p. 71-75.

[9]         Charman, W.N., et al., Peripheral refraction in orthokeratology patients. Optom Vis Sci, 2006. 83(9): p. 641-8.

[10]       Gifford, K. Myopia Profile – Measuring near lag of accommodation. 2015

[11]       Gwiazda, J., et al., A dynamic relationship between myopia and blur-driven accommodation in school-aged children. Vision Res, 1995. 35(9): p. 1299-304.

[12]       W.N. Charman, Aberrations and myopia, 2005

Figure 1: Résumé et comparaison des différentes méthodes de traitement et de contrôle de la myopie: Walline JJ 2016: Myopia Control, A Review., Eye & Contact Lens: Science & Clinical Practice: January 2016 – Volume 42 – Issue 1 – p 3–8